Tatsuhiko Shibusawa
(1928−1987)

Etudiant et traducteur de la litterature francaise, critique et romancier.
Il a commence sa carriere litteraire par la traduction du "Grand ecart" de Jean Cocteau en 1954.
Puis, il a traduit des oeuvres de Marquis de Sade l'une apres l'autre sur qui il avais etudie a l'Universite de Tokyo.
Sa traduction de "L’Histoire de Juliette ou Les Prosperites du vice" de Sade a ete denonce l'outrage a la pudeur en 1960. Dans ce proces qui est conu comme "Proces Sade," il a insiste fortement que l'Etat n'a aucun droit de juger quelque oeuvre litteraire obscene ou pornographique. Le jugement de Cour supreme en 1969 a ete criminel, mais par ce proces il a eu beaucoup de sympathisan en effet.
Au dela de la valeur litteraire de l'oeuvre de Sade, ce proces lui-meme a ete un des plus grands evenements litteraires apres la Deuxieme Guerre Mondiale au Japon qui s'est pose la question de la liberte de l'expression et sa relation avec le pouvoir de l'Etat. Apres ce proces qui a termine comme la defaite de Shibusawa, contrairement a l'intention de l'Etat, la liberte litteraire de l'expression au Japon a ete accelere. De sorte que, Shibusawa est devenu un symbole de la bataille de la liberte de l'expression et etre situe un homme de lettres le plus rebelle.
Parallelement aux traductions, il a publie beaucoup d'essai et critique d'art par lesquels il a introduit l'occultisme europeen et le mouvement surrealiste au Japon.
En ajoute, il a publie quleques romans fantastiques surtout dans ses dernieres annees. Un de ses dernieres oeuvres "Takaoka Shinno Kokai-ki (Un chronique de la navigation de Prince Takaoka)" qui a ete ecrite dans l'hopital et qui fait pressentir la mort de l'auteur est situe un chef-d'oeuvre de roman fantastique de la litterature contemporaine.
Par ces travaux tous, Shibusawa a introduit a l'envers la culture europeene qui a ete cachee par l'orthodoxie. Consequemment, Shibusawa a influence fortement non seulement sur Yotsuya Simon, mais sur beaucoup d'autre peuple de diverse genre de l'expression, par exemple Yukio Mishima qui a ete le premier recommandateur des textes choisis de Sade par Shibusawa, Kenzaburo Oe qui a ete un des deposants litteraires au "Proces Sade", Tatsumi Hijikata qui a dedie quelques representations de Butoh a Shibusawa, etc.
Shibusawa a aime la poupee elle-meme tel qu'il a pose une poupee de Simon dans son cabinet d'etude, cependant peut-etre cette preference a ete non seulement personnelle et privee mais a signifie la protestation au genre etabli et traditionnel de beaux arts en meme temps.

Ses oeuvres completes en 22 vol. avec 2 vol. supplementaires et ses traductions completes en 15 vol. avec 1 vol. supplementaire sont publies par les editions Kawade Shobo Shinsha.

Takio Sugawara

【Traductions principales de Shibusawa】
Sarane Alexandrian
 Hans Bellmer
Georges Bataille
 L'Erotisme
Aubrey Beardsley
 The Story of Venus and Tannhauser (Selection)
Hugo Claus
 La Chasse aux canards

Jean Cocteau
 Le Potomak
 Le Grand ecart
Robert Desnos
 De l'erotisme considere dans ses manifestations et du point de vue de l'esprit moderne
Romain Gary
 Les Racines du Ciel (Traduction en commun)
Jean Genet
 Querelle de Brest
Joris Karl Huysmans
 A Rebours
Alfred Jarry
 Le Surmale
Constantin Jelenski
 Leonor Fini
Francis King
 Magic, The Ewstern Tradition (Retraduction de la traduction francaise)
Gilbert Lely
 Sade, Etude sur sa vie et sur son oeuvre
Andre Pieyre de Mandiargues
 Marbre
 L'anglais decrit dans le chateau ferme

Charles Perrault
 Contes
Pauline Reage
 Histoire d'O
Marquis de Sade
 Aline et Valcour ou le Roman philosophique
 L’Histoire de Juliette ou Les Prosperites du vice
 Les Infortunes de la vertu
 Lettres choisis
Jules Supervielle
 Le Voleur d'enfant
Leon Trotsky
 Ma Vie (Retraduction en commun de la traduction francaise)
Henri Troyat
 La Fosse commune
Paul Verlaine
 Poemes choisis
Marguerite Yourcenar
 Mishima ou la vision du vide



English Chronology



Memeoires sur Shibusawa en japonais

Page de Shibusawa en anglais sur le site de Kamakura Museum of Literature

Pages sur Shibusawa par Takio Sugawara (Kisaragi) en japonais